Pour de nombreuses personnes, l’obésité n’est liée qu’à une consommation d’aliments de type « malbouffe » ou à une activité physique insuffisante. Or, le sujet de l’obésité est complexe et nécessite une définition précise, la prise en compte de nombreux facteurs et un accompagnement global et multidisciplinaire.

Bref, essayons d’aller au-delà des clichés et intéressons-nous à ce sujet qui concerne un peu plus de huit millions de personnes en France

L’obésité, qu’est-ce que c’est ?

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit l’obésité comme « un excès de masse grasse entraînant des conséquences pour la santé ».  La somme de la masse grasse (ou du tissu adipeux), de la masse maigre (comprend les muscles, les organes et les viscères), du squelette et de l’eau constitue le poids du corps (1). Dans le contexte de surpoids et d’obésité, on s’intéresse principalement à la masse grasse. 

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) définit l’obésité comme « un excès de masse grasse entraînant des conséquences pour la santé ».  La somme de la masse grasse (ou du tissu adipeux), de la masse maigre (comprend les muscles, les organes et les viscères), du squelette et de l’eau constitue le poids du corps (1). Dans le contexte de surpoids et d’obésité, on s’intéresse principalement à la masse grasse. 

La prise de poids est la conséquence d’un déséquilibre d’apports en calories face à une quantité insuffisante de calories dépensées, l’excès est alors stocké dans le tissu adipeux (2,3). L’OMS considère qu’une personne avec un IMC supérieur ou égal à 25 est en surpoids, et un IMC supérieur à 30 en obésité. En revanche l’IMC ne prend pas en compte le métabolisme de chaque individu et ne distingue pas la masse grasse de la masse maigre. 

Comme le dit le Dr Jean-Michel Lecerf, spécialiste en endocrinologie et maladies métaboliques « La prise de poids ce n’est pas forcément des gens qui mangent plus que les autres, mais qui mangent trop pour eux. (…) Tout le monde ne grossit pas en mangeant des sucreries (…) Les lipides ne peuvent donc pas être associés à eux seul à la prise de poids. » 

Par ailleurs, l’IMC n’est pas le seul indicateur à apprécier quand on aborde le sujet de l’obésité. En effet, il est important de mesurer le tour de taille pour déterminer s’il y a une accumulation excessive de graisse au niveau de l’abdomen, ce qui pourrait alors perturber le bon fonctionnement des organes. Sur le site ameli.fr, les valeurs maximales de tour de taille recommandées sont 80 cm pour une femme et 94 cm pour un homme. 

Lorsque les deux facteurs (IMC et tour de taille) sont au-delà des recommandations, il est plus prudent de se rapprocher de son médecin traitant afin de faire les examens de contrôle nécessaires. 

Toutes les personnes obèses ne présentent pas des critères biologiques pathologiques (diabète, hypercholestérolémie, hypertension artérielle, etc.), il convient donc de considérer qu’il existe des obésités et que certaines doivent être impérativement prises en charge. 

Qu’est-ce qui mène à l’obésité ?

Il existe différentes causes qui mènent au surpoids ou à l’obésité comme : 

– Le patrimoine génétique,

– L’environnement (le microbiote, un terrain de stress récurrent, un mauvais rythme de sommeil, l’épigénétique),

– La prise de médicaments 

– L’alimentation 

Certains facteurs comme l’alimentation, la prise de médicaments et l’environnement peuvent être modifiés afin de limiter l’évolution vers une forme pathologique d’obésité. Une fois la maladie installée, il est difficile d’en guérir, ça peut même être irréversible (2). 

 

obesite_sport

Quels sont les risques liés à l’obésité ?

L’obésité favorise l’installation de maladies chroniques, telles que : 

  • Les maladies cardiovasculaires,
  • Le diabète type II,
  • Des maladies articulaires,
  • Des maladies hépatiques comme le NASH,
  • Certains cancers, 
  • Et le vieillissement.

Comment prévenir des obésités ?

La prévention de l’obésité peut se faire dès l’enfance grâce au suivi des courbes de croissance de l’enfant qui se trouvent dans le carnet de santé. Pour prévenir le surpoids et l’obésité chez l’enfant, il est important de proposer une alimentation équilibrée et diversifiée, de proposer la pratique d’une activité physique en dehors du sport pratiqué à l’école et de limiter le temps passé devant les écrans.

Les recommandations

Chez l’adulte, les principales recommandations en cas de surpoids ou d’obésités vont être d’avoir une alimentation équilibrée et variée répartie sur 3 ou 4 repas (selon la prise d’une collation ou non), riche en fruits et en légumes. Il est important d’avoir en tête que la consommation de lipides n’est pas associée à une forte prévalence de l’obésité s’il existe des apports de fruits et légumes élevés. 

Une activité physique régulière est également indispensable. Elle sera adaptée en fonction des capacités individuelles. Se déplacer à pied le plus souvent possible est déjà une bonne façon d’intégrer de l’activité physique dans son quotidien. Il est également recommandé de diminuer le temps passé assis. 

Enfin, l’accompagnement dans le changement des habitudes de vie doit tenir compte des efforts qui seront demandés. En effet, très souvent le discours « tu devrais maigrir, c’est pour ton bien que je dis ça », ne servira juste qu’à renvoyer une image négative à votre interlocuteur. Il est nécessaire d’avoir une approche réellement bienveillante et de proposer du soutien quand la personne présente un état pathologique nécessitant une perte de poids conséquente. 

obesite_alimentation

L’accompagnement alimentaire par un.e diététicien.ne nutritionniste est tout à fait compatible avec la notion de plaisir au moment des repas. 

 

 

Cet article a été rédigé par notre comité scientifique composé de pharmaciens
et d’une diététicienne, en collaboration avec notre équipe communication.

Découvrez-en plus sur l’équipe, juste ici !

Nos sources

1. Larousse, É. poids corporel – LAROUSSE

https://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/poids_corporel/3437.

2. Obésité Inserm, La science pour la santé

https://www.inserm.fr/dossier/obesite/

3. La génétique peut-elle influer sur l’obésité ? Centre de l’Obésité et du Surpoids Grenoble

https://centre-obesite-surpoids-grenoble.com/actualites/genetique-peut-elle-influer-sur-lobesite

4. Obésité. Organisation mondiale de la Santé

https://www.who.int/fr/health-topics/obesity#tab=tab_1

5. Mengeste, A. M., Rustan, A. C. & Lund, J. Skeletal muscle energy metabolism in obesity. Obesity 29, 1582–1595 (2021)

6. Gao, W., Liu, J.-L., Lu, X. & Yang, Q. Epigenetic regulation of energy metabolism in obesity. J. Mol. Cell Biol. 13, 480–499 (2021)