Entre labels alimentaires, logos et informations nutritionnelles, décrypter les emballages des produits alimentaires devient un vrai casse-tête. Des étiquetages, tels que le Nutri-score et l’Éco-score ont vu le jour pour simplifier les choses et informer le consommateur en un clin d’œil.

Mais ces indicateurs sont-ils parfaits ? Quels sont les points de vigilance ? On vous explique ! 

Le Nutri-score, un indicateur nutritionnel

 

Déclaration nutritionnelle : que prévoit la loi française ?

La loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé stipule l’amélioration de l’information nutritionnelle des produits alimentaires. Un système d’étiquetage nutritionnel est prévu sur base du volontariat. Le but ? Simplifier les données nutritionnelles afin d’informer les consommateurs sur l’apport énergétique et sur l’apport en nutriments des aliments qu’ils achètent.

Ainsi,  avec la volonté du Ministère des Solidarités et de la Santé, Santé Publique France, l’agence nationale de santé publique, a mis en place le Nutri-score.

Le Nutri-score, c’est quoi ?

En tant que consommateur, il n’est pas toujours évident de comprendre les étiquettes alimentaires. Le Nutri-score s’est révélé être la solution pour simplifier la déclaration nutritionnelle. On le voit partout, dans tous les rayons du supermarché, mais qu’est-ce que le Nutri-score et à quoi sert-il ?   

Le Nutri-score est un logo qui permet d’informer le consommateur et de l’aider à comprendre comment évaluer la qualité nutritionnelle d’un produit

En 2016, la déclaration nutritionnelle est devenue obligatoire sur les denrées préemballées. Il s’agit du tableau comprenant la valeur nutritionnelle d’un produit. La déclaration nutritionnelle est obligatoire, on peut donc se demander : le Nutri-score est-il obligatoire ? La réponse est non ; cependant, il reste bien utile pour s’y retrouver. En effet, vous l’avez sans doute remarqué, entre lipides, protéines, acides gras saturés … on s’y perd facilement !  

Il a été créé, entre autres, par le Professeur Serge Hercberg. Son nom vous dit peut-être quelque chose ! C’est à lui qu’on doit le Programme national nutrition santé (PNNS), qu’il préside. On y retrouve par exemple, les « 5 fruits ou légumes par jour » ou encore les « 30 minutes d’activité physique quotidienne ». Serge Hercberg est aussi directeur de l’unité de recherche en épidémiologie nutritionnelle. Par ailleurs, le Nutri-score est également l’affaire de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) et du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP).

Cet indicateur nutritionnel qu’est le Nutri-score, a été mis en place en 2017 en France puis d’autres pays ont suivi : la Belgique, la Suisse, l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas et le Luxembourg. 

Comment fonctionne le Nutri-score ?

Ce logo est composé de 5 lettres (de A à E) et de 5 couleurs (du vert foncé au rouge), la lettre A correspondant au produit le plus favorable sur le plan nutritionnel et la lettre E, le produit le moins favorable.  

Il est attribué sur la base d’un score. Celui-ci prend en compte, pour 100g de produit, les teneurs en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes) et les nutriments à limiter (acides gras saturés, sucres, sel). 

Néanmoins, il faut rester vigilant à la liste des ingrédients sur l’étiquette du produit ! En effet, certains facteurs ne sont pas pris en compte, tels que les additifs et la qualité des produits. 

Ce logo peut être attribué à tous les produits alimentaires transformés et les boissons sauf les herbes aromatiques, les thés, les cafés et les levures.  

Le Nutri-score est un indicateur nutritionnel utile pour le consommateur.

Le Nutri-score : méfiance ou confiance ?

Selon différentes études parues depuis l’existence du Nutri-Score, les Français sont conquis par cet indicateur (90% se disent favorables au Nutri-Score) et il permet de réduire la mortalité par maladie chronique. Cela montre bien la recherche detransparence des consommateurs concernant leur alimentation.  De plus, plus d’un Français sur deux déclare avoir changé au moins une habitude d’achat grâce au Nutri-score. 

Le Nutri-Score permet de repérer rapidement les produits ayant une bonne qualité nutritionnelle et de ne pas perdre de temps à essayer de déchiffrer les étiquettes des produits alimentaires, cependant il faut avoir en tête quelques pistes pour une utilisation optimale.  

Le Nutri-Score permet de comparer des produits d’une même famille. Par exemple, vous pourrez choisir une pizza notée A qui aura une meilleure composition nutritionnelle qu’une pizza notée D. Mais on ne peut pas comparer une pizza notée A avec une conserve de légumes notée A car ces deux produits, même s’ils ont la même note, n’auront pas le même intérêt nutritionnel.  

Il faut être vigilant pour bien comprendre le Nutri-score. Certains produits sont notés E mais ils sont bons pour la santé ! C’est le cas par exemple du beurre, noté E car il est riche en matières grasses. Cependant, ces matières grasses sont indispensables à l’organisme ! Il ne faut pas les supprimer de notre alimentation. Il est important d’avoir une alimentation équilibrée et variée ! 

Ainsi, composer un repas uniquement à partir de produits notés A, ne vous garantit pas d’avoir un apport nutritionnel optimal puisque cela risque de supprimer des nutriments qu’il faut limiter mais pas supprimer ! 

Le Nutri-score est donc un outil de simplicité mais qui présente des limites. Il faut donc prendre du recul en faisant vos courses et ne pas vous fier uniquement au Nutri-score pour avoir une alimentation équilibrée.

Faire ses courses en prenant soin de décrypter les emballages.

L’Éco-score, un indicateur respectueux de l’environnement

L’Éco-score, un enjeu actuel

La loi sur l’économie circulaire du 10 février 2020 prévoit une expérimentation de score environnemental au cours du premier semestre 2021 sur les produits agricoles et alimentaires.

Faire connaître les informations nutritionnelles c’est une chose mais être informé sur l’impact environnemental des produits consommés en est une autre.

La volonté d’un score environnemental fait parler d’elle au gouvernement mais il n’a pas encore été mis en place. Il a fallu des années pour que le système du Nutri-score voit le jour. La crise environnementale étant une problématique actuelle, les initiateurs de l’Éco-score n’ont pas souhaité attendre l’aval du gouvernement. Informer les consommateurs sur le bien-être animal et sur l’impact environnemental du produit qu’ils consomment leur est apparu comme une nécessité. C’est pourquoi, l’Éco-score est un système d’étiquetage privé. Néanmoins, ils ne sont pas contre l’idée de rendre ce logo officiel grâce à un encadrement par les pouvoirs publics.

Une démarche de ce style a été plébiscitée par la Convention Citoyenne pour le climat et s’inscrit dans la même démarche qu’une expérimentation menée par le Ministère de la Transition écologique. En effet, la création d’un “Score CO2” était énoncée lors de cette Convention. L’État avait annoncé la sortie d’un indicateur semblable d’ici à la fin 2021. Une période d’expérimentation de 18 mois a été lancée.

L’Éco-score, c’est quoi ? 

L’Éco-score est un indicateur qui évalue l’impact environnemental des produits alimentaires afin d’orienter les consommateurs vers une alimentation plus durable 

C’est une initiative indépendante menée par un collectif de 10 acteurs indépendants engagés pour une alimentation plus durable, tels que Yuka, Marmiton, ScanUp, Open Food Facts ou encore l’épicerie en ligne La Fourche. Deux ans ont été nécessaires à la mise en place de l’Éco-score.

Au départ, l’Éco-score était destiné aux professionnels du secteur agroalimentaire. Désormais, vous le retrouvez un peu partout dans les rayons du supermarché. Il est accessible au grand public, et est apposé sur des produits du quotidien. Les initiateurs du projet souhaitent faire de l’Éco-score un outil pour tout acteur de l’alimentation et de la distribution à l’avenir. Pour le moment, vous pouvez retrouver l’Éco-score sur les applications du collectif.

L’Éco-score se base sur les données du programme gouvernemental français de recherche Agribalyse porté par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et par l’Institut national de la recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae). Ce travail scientifique utilise la méthode de l’Analyse du cycle de vie (ACV) qui évalue l’impact d’un produit sur l’environnement sur base de 16 indicateurs différents.

L'éco-score permet d'informer les consommateurs sur l'impact environnemental d'un produit.

Comment fonctionne l’Éco-score ? 

Sur le modèle du Nutri-score, l’Éco-score est représenté par une lettre allant de A à E et d’un code couleur allant du vert au rouge. La note A indique un faible impact environnemental alors que la lettre E en indique un fort.   

L’Éco-score complète la base de données Agrybalise, basée uniquement sur l’ACV. L’Éco-score est établi sur une note globale sur 100. Cet indicateur prend en compte, entre autres, l’analyse du cycle de vie du produit, la production, le transport ou encore la fabrication des emballages.

Pour compléter l’ACV, un système de bonus-malus s’ajoute, allant de -15 à +20, pour rendre compte des critères d’origine, de saisonnalité, de modes de production, de la recyclabilité des emballages, des labels… Ainsi, le système de bonus-malus permet de valoriser les produits labellisés et les productions locales. En effet, les produits bio bénéficient d’un bonus allant de 15 à 20 points.

L’impact environnemental d’un produit tient également compte de plusieurs autres facteurs concernant la pollution de l’air, des eaux, des océans, du sol, ainsi que les impacts sur la biosphère, tels que les émissions de gaz à effet de serre ou la radioactivité.

Tout comme le Nutri-score, il est intéressant de s’attarder sur l’Éco-score entre deux mêmes produits. Par exemple, comparer deux marques pour un produit similaire est plus pertinent pour faire un choix lors de vos courses !

Impacts environnementaux pris en compte par l'Éco-score.

Éco-score et Nutri-score, des objectifs différents

Par conséquent, quelle est la différence entre l’Éco-score et le Nutri-score ? La réponse est que ce sont deux indicateurs bien différents. Ils ne font pas corrélation. En effet, un produit peut avoir un Nutri-score E et  un Éco-score A par exemple.

L’Éco-score vient en complément du Nutri-score car il ne prend pas en compte les mêmes dimensions. Comme son nom l’indique, le Nutri-score est un indicateur nutritionnel, alors que l’Éco-score reflète l’impact environnemental d’un produit ainsi que le bien-être animal.

Par ailleurs, l’Éco-score remplit un double objectif. En plus d’informer le consommateur des produits respectueux de l’environnement, l’Éco-score encourage les industriels à revoir leurs produits et à se tourner vers une production plus durable et ainsi proposer une offre plus transparente.

Quelle est la différence entre le label bio et l’Éco-score ? 

Un produit labellisé bio signifie que le mode de production est respectueux de l’environnement et du bien-être animal. L’Éco-score est plus complexe que cela. Il prend en compte d’autres dimensions, citées ci-dessus. Mais l’objectif entre ces deux indicateurs est similaire : tendre vers une alimentation durable.

Que ce soit le Nutri-score ou l’Éco-score, tous deux permettent aux consommateurs d’en savoir plus sur ce qu’ils consomment. Ils facilitent le décryptage des emballages, même s’il faut rester vigilant. L’Éco-score et le Nutri-score s’inscrivent dans une prise de conscience collective concernant l’alimentation.

Envie d’un suivi nutritionnel en fonction de votre traitement ?

Inscrivez-vous à la newsletter pour être prévenu du lancement !

Auteurs

Grégory Guilbert, Pharmacien, Responsable de publication et CEO chez Pharmacodietetics

Camille Ceugnet, Assistante communication chez Pharmacodietetics

Caroline Melkonian, Responsable diététique chez Pharmacodietetics