Octobre rose : en savoir plus sur le cancer du sein !

13 Oct,21 | Actualité, Pathologie

Depuis 1985 aux Etats-Unis, et 1994 en France, le mois d’Octobre est rythmé par une campagne de communication visant à sensibiliser au dépistage du cancer du sein et à récolter des fonds pour la recherche.

Près d’une femme sur 8 sera concernée par un cancer du sein dans sa vie. Ce cancer évoluant en silence, la plupart des patientes concernées sont initialement asymptomatiques et découvrent leur maladie lors d’une mammographie de dépistage. Certains premiers signes peuvent déjà avertir les femmes, comme l’augmentation de la taille, l’apparition d’un gonflement, d’une lésion cutanée, d’une rougeur au niveau de l’un de leurs seins…

Qu’est-ce que le cancer du sein ? 

Quelques chiffres et définition

Cette maladie représente le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes      (58 500 nouveaux cas en France en 2018) et représente 33% des cancers féminins et est la première cause de décès par cancer chez les femmes (12 146 décès en 2018 soit 14% des décès féminins par cancer en 2018). 

En 2020, 2,3 millions de femmes dans le monde étaient concernées par cette maladie et      685 000 en sont décédées. Grâce à son diagnostic précoce et à l’amélioration des traitements, sa mortalité diminue depuis une trentaine d’années dans les pays les plus industrialisés. En France, le taux de survie est de l’ordre de 88% à 5 ans. 

Un cancer du sein est une tumeur maligne qui se développe au niveau du sein. Le sein, autrement appelé glande mammaire est constitué de vingt lobes glanduaires (production de lait) entourés de tissu graisseux et repose sur le muscle pectoral.

Cette pathologie peut provenir de plusieurs facteurs de risque tels que l’âge (l’incidence augmente avec l’âge de la population), le sexe (concerne majoritairement les femmes), les antécédents familiaux de cancer du sein et les facteurs de risque génétiques, les étapes de la reproduction (augmentation de l’exposition d’une femme aux oestrogènes au cours de sa vie) ou encore la prise d’hormones exogènes (contraception).

Il existe différents types de cancer du sein en fonction de la localisation de la prolifération cancéreuse (intra-canulaire ou intralobulaire).

    Les différents types de cancer du sein

    Le carcinome canalaire
    • In situ (CCIS) : les cellules cancéreuses se développent à l’intérieur des canaux de lactation du sein, mais n’atteignent pas encore les tissus environnants.
    • Infiltrant (CCI) : le plus fréquent (70 à 80%), quand les cellules cancéreuses se propagent au tissu mammaire voisin.
    Le carcinome lobulaire
    • In situ (CLIS) : des cellules anormales s’accumulent à l’intérieur de lobules du sein qui peuvent être à l’origine de la potentielle apparition d’un futur cancer du sein. 
    • Infiltrant (CLI) : moins fréquent (10 à 15%), quand les cellules cancéreuses se propagent au tissu mammaire voisin.
    La maladie de Paget
    • Forme rare avec apparition de modification de la peau du mamelon. 
    anatomie d'un sein en présence d'une tumeur

    Les différents sous-types de cancer du sein

    Le cancer du sein est une maladie hétérogène, il existe différents types de tumeur (type et sous-type). Leur détermination permet d’élaborer une stratégie thérapeutique optimale.

    A récepteur hormonal positif

    Il représente 60 à 75% des cancers du sein.

    Les récepteurs à la surface des cellules permettant de recevoir les messages des hormones et d’adapter leur fonction et comportement au niveau des seins : les récepteurs aux estrogènes (ER) et à la progestérone (PR) sont hyperactivés et peuvent être à l’origine de la tumeur (ER-positive ou PR-positive). Ce cas est fréquent chez les femmes ménopausées.

    HER2-positif 

    Il représente 15 à 30% des cancers du sein.

    Le récepteur HER2 situé à la surface des cellules reçoit un message d’accroissement de la cellule lorsqu’il est activé. S’il est retrouvé de manière abondante, comme dans ce type de cancer, le récepteur HER2 est suractivé et cela multiplie les signaux de croissance et induit un accroissement et une multiplication anormaux de la cellule.

    Triple négatif

    Il représente 15% des cancers du sein.

    On dit qu’un cancer est triple négatif en l’absence de mutations sur les gènes (ER, PR, HER2). Celui-ci est plus fréquent chez les jeunes femmes.

    BRCA

    Il représente 5 à 10% des cancers du sein.

    Cette forme de cancer héréditaire, moins fréquente, est due à un gène appelé BRCA.

    anatomie d'un sein en présence d'une tumeur

    Différents traitements sont possibles en fonction des types de cancer et du niveau d’atteinte. Couramment les premiers traitements, les « néoadujvants » (chimiothérapie ou hormonothérapie) sont destinés à réduire la taille de la tumeur avant l’opération afin d’en améliorer l’efficacité. Ils sont suivis d’une chirurgie afin d’enlever les tissus touchés par les cellules cancéreuses.

    La chimiothérapie, la radiothérapie, l’hormonothérapie et la thérapie ciblée sont les principales thérapies utilisées dans la prise en charge du cancer du sein. 

    Envie d’un suivi nutritionnel en fonction de votre traitement ?

    Inscrivez-vous à la newsletter pour être prévenu du lancement !

    Auteurs :

    Grégory Guilbert, Pharmacien, Responsable de publication et CEO chez Pharmacodietetics

    Caroline Melkonian, Diététicienne nutritionniste, Responsable diététique chez Pharmacodietetics

    Marion Ricour, Docteure en Biologie Santé, Directrice Scientifique chez Pharmacodietetics

     

    Sources :

    Bibliographie

    Alkabban FM, Ferguson T. Breast Cancer. 2021 Aug 7. In: StatPearls. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan–. PMID: 29493913.

    Hodis HN, Sarrel PM. Menopausal hormone therapy and breast cancer: what is the evidence from randomized trials? Climacteric. 2018 Dec;21(6):521-528

    Sancho-Garnier H., Colonna M. Épidémiologie des cancers du sein. La Presse Médicale, Volume 48, Issue 10, 2019. Pages 1076-1084, ISSN 0755-4982, https://doi.org/10.1016/j.lpm.2019.09.022.

    Wu YT, Xu Z, Zhang K, Wu JS, Li X, Arshad B, Li YC, Wang ZL, Li HY, Wu KN, Kong LQ. Efficacy and cardiac safety of the concurrent use of trastuzumab and anthracycline-based neoadjuvant chemotherapy for HER2-positive breast cancer: a systematic review and meta-analysis. Ther Clin Risk Manag. 2018;14:1789-1797.

    Sitographie

    Fondation ARC, 2021.  https://www.fondation-arc.org/cancer/cancer-sein/traitement-cancer

    HAS. Actualisation du référentiel de pratiques de l’examen périodique de santé – Dépistage et prévention du cancer du sein. Février 2015. Disponible sur le site de la HAS.

    https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-chiffres-du-cancer-en-France/Epidemiologie-des-cancers/Les-cancers-les-plus-frequents/Cancer-du-sein

    Panorama des cancers en France, édition 2021. https://www.e-cancer.fr/pdf_inca/preview/303372/4327939/file/Panorama%20des%20cancers%20en%20France_2021.pdf